Blablacar vise l’international!

Grâce à une levée de fond de 100 millions de dollars (73 millions d’euros), Blablacar va s’internationaliser.

Développement en Europe et à l’international

Blablacar est déjà bien présent presque partout en Europe du Portugal à la Russie. Le fameux site de covoiturage français compte 8 millions membres inscrits à travers 12 pays. Grâce à un montant record de 100 millions de dollars, comme on en voit très peu en Europe, obtenu auprès du fonds d’investissement Index Ventures, et avec la participation des fonds déjà associés Accel Partners, ISAI et Lead Edge Capital; la start-up a de quoi renforcer sa position sur le marché européen et s’ouvrir à d’autres pays plus lointains comme par exemple le Brésil et l’Inde comme l’explique son fondateur Frédéric Mazzella sur BFM Business TV. Les Etats-Unis n’en feront pas parti, a-t-il précisé, car c’est un marché qui pour l’instant ne serait pas rentable, compte tenu des frais d’essence et de trajet nettement moins coûteux pour un américain par rapport à un européen, et d’autant plus que les routes sont beaucoup plus longue dans ce grand pays et que donc ses habitants préfèrent prendre l’avion.

Leader du covoiturage

Déjà fier de son franc succès en France, l’utilisation de Blablacar a davantage explosé pendant la grève de la SNCF, ce qui lui assure la position numéro 1 comme site de covoiturage très loin devant d’autres sites présents sur le web depuis peu. C’est pourquoi Blablacar s’est ouvert à l’Europe en Espagne,  au Royaume-Uni, en Italie, au  Benelux, au Portugal et la Pologne. En 2013, Blablacar ouvre un bureau à Hambourg pour concurrencer Carpooling, principal concurrent Allemand sur le marché du covoiturage européen. Puis la société s’est lancé en Ukraine et en Russie cette année fin janvier. 

Des chiffres vertigineux

L’entreprise, emploie aujourd’hui 150 salariés dont une centaine en France, possède un chiffre d’affaire encore plus élevée que celui de ses 8 millions de membres. Le PDG ne l’a pas précisé. C’est près d’1 million de passagers par mois qui sont transportés « soit autant qu’Eurostar en douze mois », d’après Frédéric Mazzella. Depuis son implantation en Allemagne, il ne lui a pas fallu plus d’un an pour atteindre le même trafic que Carpooling et donc pouvoir aujourd’hui très largement couvrir l’ensemble de l’Europe. 

Comments are closed.